Archives par mot-clé : insectes et champignons xylophages

Les insectes et champignons xylophages du bois

Pourquoi diagnostiquer les parasites xylophages du bois ?

Les insectes et champignons xylophages agissent au cœur du bois. Que ce soit les insectes ou les champignons, ils ne laissent des traces visibles que lorsque l’infestation est importante. La solidité de la structure peut alors être remise en cause.

L’état parasitaire, réalisé par un de nos experts du bâti, permet de s’assurer que la construction est correctement protégée. Cela est d’autant plus important avant des travaux de doublage avec de l’isolation par exemple.

Les insectes et champignons xylophages vivent en symbiose

Trous LyctusLes insectes à larves xylophages profitent de la fragilisation des bois par les champignons pour migrer plus profondément au cœur. En même temps, les insectes propagent les spores de champignons dans l’ensemble de la construction…

Diagnostiquer les insectes et champignons xylophages

Il existe de très nombreux parasites xylophages : Les termites, les hyménoptères, les coléoptères, les champignons… En réalisant un état parasitaire, les propriétaires s’assurent du bon état de leur bien. Ils évitent des traitements inutiles, ou réalisent des traitements préventifs moins coûteux.

Les termites

Les Termites se nourrissent essentiellement de bois et vivent dans l’obscurité, dans des nids appelés termitières souterraines (espèce de termites présente en France métropolitaine).
Ils se répartissent en trois castes :
Blanc1

  1. les termites sexués,
  2. les ouvriers,
  3. les soldats.

Ils sont particulièrement redoutés car :

  • ils s’attaquent à toutes les essences de bois,
  • leur infestation est discrète (pas de trous de sortie à la surface du bois),
  • leur organisation sociale élaborée leur permet de s’adapter aux nouvelles situations,
  • leur zone géographique d’activité s’étend peu à peu, notamment vers les villes du nord de la Loire.

Les Hyménoptères

Les insectes hyménoptères se caractérisent par quatre ailes membraneuses et un appareil buccal de type broyeur-lécheur.
Exemples :
Blanc1

  1. le syrex,
  2. la guêpe des bois,
  3. l’abeille charpentière.

Les Coléoptères

C’est dans cet ordre que l’on dénombre le plus grand nombre de xylophages. Leurs larves se développent aux dépens du bois.
Exemples :
Blanc1

  1. Le capricorne des maisons,
  2. le capricorne du chêne,
  3. la grosse vrillette,
  4. la petite vrillette,
  5. le charançon,
  6. le lyctus

Les Champignons lignivores

Lors de leur fructification, les champignons émettent dans l’atmosphère des quantités considérables de spores. Lorsqu’une spore entre au contact d’un substrat exploitable (par exemple le bois), elle émet un filament qui pénètre une cellule ligneuse, puis finit par coloniser toute la pièce en se multipliant. Certains filaments (surtout le mérule) peuvent traverser le plâtre et les pierres tendres, et endommager la structure du bâti.

Ces champignons appartiennent à plusieurs genres botaniques qui peuvent être schématiquement regroupés en trois catégories selon la nature des dégâts provoqués :

  • Les champignons de la pourriture blanche ou fibreuse, capables de digérer tous les composés carbonés du bois (cellulose, hémicellulose et lignine) ; le bois ainsi dégradé présente une texture molle et apparaît de couleur blanche.
  • Blanc1
    Exemples :

  1. Coriolus Versicolor = Le coriole multicolore,
  2. Donkioporia = Le Polypore des Caves.
  • Les champignons de la pourriture brune, incapables de digérer la lignine. Les bois ainsi dégradés présentent généralement une segmentation cubique plus ou moins importante et sont de couleur brune.

Champignons typiques de cette pourriture :
Blanc1

  1. Serpula Lacrymans = Le Mérule et ses rhizomorphes,
  2. Coniophora Puteana = Le Coniophore des Caves (au mycélium de couleur vert olive),
  3. Poria Vaporaria,
  4. Poria Spez,
  5. Lenzite du chêne.
  • Les micro-champignons de la pourriture molle, qui eux aussi ne dégradent que la cellulose et l’hémicellulose ; ils se rencontrent dans les zones en contact direct avec le sol ou la végétation et sont de moindre intérêt pour nos maisons.